Plus de la moitié de l’année la neige vient nous rappeler, que malgré son ensoleillement  remarquable, Réotier reste une authentique commune de montagne. Changement climatique oblige, au niveau de l’habitat permanent le manteau blanc  se réduit d’année en année.  Au dessous de 1500m, le soleil prouve avec vigueur que c’est lui le patron sur l’adret : la fonte est rapide et le paysage devient pour quelques jours peau de panthère avant de retrouver les teintes d’automne. Ce n’est qu’en avril que le vert va chasser le marron.

Au dessus de 1500m, les plus grandes surfaces étant orientées à l’est et au nord, le blanc règne presque à coup sûr de novembre à mai. Notre territoire d’altitude devient alors un fantastique terrain d’action pour les amateurs de ski  de montagne ou de randonnées en raquettes à neige.

Trace dans la lumière et la solitude des plateaux de l’Alp (automne 2016).

 

SKI DE MONTAGNE

De la Tête de Fouran aux Crêtes des Rougnoux, l’essentiel des randonnées se déroulent sur ce vaste panneau nord est, rive droite de la Durance.

Les sommets de Réotier sont limitrophes des communes voisines,St Clément,Freyssinières,Champcella et St Crépin.. Nous décrirons tous les itinéraires  concernant notre commune et renvoyons au Toponeige « Ecrins Est » Volopress 2013 de Louis Volle et Lionel Tassan pour une connaissance plus large du secteur.

 

 

Informations préalables :

  • L’ensemble des données de niveau de ski, de montée, de dénivelé, d’exposition est conforme à celles, désormais généralisées des Toponeige.(Voir annexe en fin d’article).
  • La cartographie est celle de l’ IGN : cartes Top 25 2437ET et 3537ET. Le site web géoportail permet de trouver toutes les informations. Skitrack donne une cartographie complétée par des informations sur la raideur des pentes. Les pentes au dessus de 30°, les plus propices aux déclenchements d’avalanches, sont repérées par des plages de couleurs de plus en plus sombres.
  • Les indications (secondaires) qui ne figurent pas sur ces documents correspondent à des appellations locales.(Attention: voir note Résinières*).
  • Données Météo et nivologiques : plusieurs sites mais Météo France (Briançon) est le plus précis. Dici tv donne tous les jours un bulletin plutôt pertinent.
  • Data avalanches :http://www.data-avalanche.org/
  • Les sites collaboratifs internet donnent des infos sur les conditions du moment si leurs membres mettent leurs sorties en ligne : Skitour (http://www.skitour.fr/) C2c (http://camptocamp.org/) et Volopress (http://volopress.net/volo/)
  • Nos amis transalpins étant très actifs, voir aussi Gulliver (http://www.gulliver.it/home/ ). Le plus simple est de taper sur son navigateur « Metaskirando » pour avoir d’un coup d’œil toutes les sorties des sites indexés. Facebook ou You tube peuvent aussi apporter des informations plus ponctuelles.
  • Secours en montagne : 112 ou 114 avec SMS
  • Cabanes : elles sont réservées à l’usage pastoral. Cependant en cas d’absolue nécessité, vous trouvez un abri à la vieille cabane du Vallon, dans le sas de rangement de celle de la Selle, dans la vieille cabane de l’Alp ou le sas de la nouvelle. Aucun matériel, aucun confort évidement.

    La cabane de l’Alp l’hiver.

Accès :

Le point de départ  de la majorité des itinéraires se situe à 1400 mètres à l’entrée du plateau de Truchet (panneau municipal d’information).

Truchet (1400m) point de départ habituel des itinéraires. Les chalets en bas correspondent aux Lajards de la carte IGN, tandis que ceux du haut seraient ceux de Truchet. L’usage locale désigne l’ensemble sous le vocable Truchet. La bosse (1570m) qui domine est appelée La Crose ou parfois Serre de Mikéou.

En début ou en fin de saison il est possible d’atteindre Mikéou (1500m)( déneigement  naturel). En cas d’affluence, possibilité de se garer sur des places supplémentaires en continuant vers le relais de télévision.

 

BON A SAVOIR : Le point fort de Réotier est d’offrir une saison en général très longue en profitant de la fermeture tardive ou de l’ouverture précoce de la piste de l’Alp.

MAIS : cette piste a des orientions variées : Ne pas forcer le passage s’il y a de la neige sur la piste après Mikéou car vous serez très vite coincé. Mieux vaut porter un peu, que jouer de la pelle pendant  des heures.

En début ou fin de saison, on peut parfois approcher les cabanes de la Selle ou du Vallon.Les changements climatiques rendent cette situation plus fréquente. C’est l’occasion d’enchaînements intéressants selon la forme et l’envie de chacun.

QU’ON SE LE DISE :

-La piste du Vallon commençant à la bifurcation 1720 n’est jamais praticable en auto, en hiver.

-La Piste de l’Alp  est praticable au plus haut à l’épingle à cheveux 1970. Mais il peut arriver que la commune obstrue la piste par des blocs au Valliret (bifurcation 1875m).

– La piste de liaison vers le Ponteil 1450m) est sans intérêt l’hiver et dans un état détestable.

Autres accès :

  • La piste du Couleau rive gauche. Aucun intérêt si l’on n’arrive pas à la Demoiselle coiffée (1270m). Toutes les courses sont longues et de bon niveau, plutôt exposées. Un seul atout : la cabane de St Clément ouverte avec un équipement minimal correct. Les courses dans ce vallon sont longues et souvent délicates mais d’une beauté et d’une originalité rares. La seule connue, Clotinaille (TPN I16) ne ressemble pas du tout aux courses du vallon proprement dit (TPN I10 à I15).
  • La piste forestière des Preyts (1444m) sur St Crépin, en début ou fin de saison.N’est intéressante que pour Roche Charnière ; accessoirement pour Vautisse ou les Rougnoux.
  • Le Ponteil (1450m) et la piste de Tramouillon praticable très tôt ou très tard en saison (souvent obstruée, avec beaucoup de glace à la fin) (danger !).C’est l’accès classique de la Tête de Vautisse. Intéressante parfois pour Roche Charnière, les Rougnoux ou Gaulent.
  • La piste forestière de Val Haute (le Lauzet) depuis Champcella et le col des Combes, très tard en saison (aléatoire). Indispensable pour les versants nord de Vautisse , Rochelaire, Gaulent ou le cirque de Mouthe. NE PAS DEPASSER LA PORTE DU PNE.
  • Parking de Dormillouse : hiver aux Viollins ou aux Mensals (1360m) ; en fin de saison (parking d’été 1441m). Intérêt marginal pour notre secteur.

Les particularités  seront évoquées pour chaque course.

Le Pinfol (2649m) depuis la crête de la Brèche à Fouran. Cette cime peu connue est riche d’une belle variété d’itinéraires.

ATTENTION : Les montagnes de Réotier sont très tentantes pour les activités hivernales mais il faut bien garder à l’esprit que les pentes supérieures, surtout orientées nord est,sont particulièrement travaillées par le vent dans cet important carrefour aérologique. Les risques d’avalanches peuvent être sérieux, surtout  les avalanches de plaques. Seule la voie normale de la Tête de Fouran, en respectant l’itinéraire classique peut être considérée comme « sûre ». Mais dés que l’on sort sur Manouel, le Clot et même le Vallon les risques sont réels. Vigilance et adaptation doivent toujours rester le maître mot.

Carte générale de situation.

*NOTE IMPORTANTE :

Vestiges de la Croix historique des Résinières. Au temps du pèlerinage annuel de la St Laurent, l’emplacement où avait été érigée la croix était totalement déboisé et la croix visible de loin. Depuis la forêt est remontée, le bosquet de mélèzes a déstabilisé la croix qui ne serait plus visible aujourd’hui.
  • Croix des Résinières : IGN situe l’ancienne Croix à une altitude de 2210m sur les rochers dominant la cabane de la Selle. C’est une erreur de localisation. Pour les gens de Réotier, les résinières sont les plantations de pins et de mélèzes recouvrant la croupe rive gauche du ravin de St Thomas (le Vallon) entre le Valliret (carrefour 1875m des pistes de l’Alp et du Vallon) et le virage 2207m de la piste de l’Alp. La croix originelle était un peu plus haut à 2250m sur cette croupe, à la limite des bois. Elle servait surtout pour repérer le passage lors de la procession de la St Laurent vers le Laus : partie des villages elle passait à la Croix de Manouel, puis à celle du Vallon. De la on repérait la Croix des Résinières atteinte par un raide sentier à la limite du bois de la Casse des Résinières. De la Croix, par les alpages on traversait sur le Passon, collet à 2400m ou passe aujourd’hui la route. De la cabane de l’Alp c’était le même cheminement qu’aujourd’hui vers le Laus. Au retour, beaucoup traversaient depuis l’Alp sur la Croix de Fouran pour redescendre sur la clairière de Manouel (au bout de la piste raide actuelle à 1780m). C’était l’occasion d’un gros casse croûte bien arrosé (on avait monté du vin les jours précédents). C’était la fête, on avait la foi…mais il fallait une belle santé pour une telle randonnée. Depuis longtemps la tradition s’est perdue. On monte à l’Alp en voiture. Les sentiers ne sont presque plus visibles. La Croix séculaire est tombée, non entretenue, bousculée par un bosquet de mélèzes. En 2007 la commune décide de la restaurer. La limite supérieure de la forêt s’étant élevée, elle est dressée un peu plus haut sur le pâturage à 2290m, bien visible de la route passant quelques mètres au dessus.
La Croix 2007 des Résinières, cinquante mètres de dénivelé au dessus de l’ancienne, dans la prairie. Mais le réchauffement climatique fait repartir les mélèzes à l’assaut. Combien de temps gardera t’elle la tête hors des branches ?

 

 

COURSE N°1 : LA TÊTE DE FOURAN (2460m)

TÊTE DE FOURAN; En rouge , voie normale ; en jaune couloir de Manouel ; en violet pentes du Clot et variantes.

Voie normale : croupe de la Brèche.

Départ :   1410                                                                                 Durée :   4h30

D+/D- :     1050                                                                                 Ski :   2.2

Orientation :      est                                                                        Marche :   R

Pente : pass.30°                                                                             Exposition :   1

 

Tête de Fouran : arrivée au sommet.

 

C’est à juste titre la sortie la plus fréquentée du Guillestrois en hiver. Elle est belle, sûre et réserve la plupart du temps un ski d’excellente qualité. De Guillestre  elle attire le regard. Contrepartie : elle est très à la mode, tracée dés le premier flocon. Malgré tout il faut y aller car il y a de la place dans un des plus beaux mélézins du Briançonnais .

Tête de Fouran vue d’ensemble.

De Truchet gagner Mikéou par la combe ou sur la piste. Au réservoir à gauche des maisons, prendre un chemin et le quitter rapidement à gauche dans le bois pour rejoindre le plat de la croix de Manouel (intersection piste-canal). Repérer au dessus un large chemin montant en oblique sur la droite. Il rejoint la piste du Vallon (1790). La suivre à gauche puis monter au-dessus pour la couper à nouveau (1850m). S’élever par  une succession de traînes de tirage de bois  tantôt à droite, tantôt à gauche  sans jamais trop s’éloigner de l’axe. La forêt s’éclaircit. On gagne  la croupe de la Brèche à droite après plusieurs replats. On termine par le sympathique triangle terminal dans les alpages, quelques fois bien soufflé (attention à la corniche possible du sommet). Paysage remarquable.

Hiver 2016-2017 Sommet de Fouran : hiver peu généreux,petite corniche

Tête de Fouran : la corniche sommitale résiste en mai après le bel hiver 2013-2014.

Descente par le même itinéraire. Nombreuses fantaisies possibles mais ne jamais basculer à gauche sur le Clot (barres et coulées) ni trop à droite (neige souvent croûtée).

 

Tête de Fouran crête de la Brèche : Que la fête commence !
Tête de Fouran : joie de la poudreuse quand un coup de mauvais temps a gommé les innombrables traces.

COURSE N°2 : LA TÊTE DE FOURAN (2460m)

Boucle de Manouel

Départ : 1410                                                                                  Durée : 4h00

D+/D- :   1050                                                                                 Ski : 3.2

Orientation : sud-est                                                                         Marche : F

Pente : 35°/250                                                                               Exposition : 1

 

Tête de Fouran, couloir de Manouel. Le Pinfol apparaît au-dessus de la Crête de la Brèche.

 

Le couloir dit de Manouel est une vraie provocation depuis Guillestre. Mais attention : rien à voir avec la voie normale. Les pentes sont raides et le risque d’avalanches sérieux si les conditions n’y sont pas. Heureusement la pente se purge ou se transforme assez vite. Malgré tout il faut respecter un horaire et éviter les jours sans regel nocturne. Si les conditions sont réunies c’est une des plus belles descentes du secteur tant pour le ski que la beauté des vues.

Tête de Fouran couloir de Manouel. Il arrive que la pente commence une reptation ouvrant d’impressionnantes crevasses. Le respect de l’horaire est impératif car la reptation finit le plus souvent par une avalanche si la hausse trop forte de température remet en marche le processus.

Montée : par la voie normale ;

Descente : skier le long de l’arête sud est. Au dessus de la croix de Réotier traverser à gauche pour entrer dans le couloir. Aux derniers arbres tirer droit puis à gauche sur la belle combe secrète de Manouel. A sa sortie rejoindre (1800) la piste de Manouel et la descendre jusqu’aux traces de montée.

ATTENTION : ne pas se laisser tenter par la descente directe à droite sur Pinfol ; galère assurée dans des bois bien épais !

Tête de Fouran ,couloir de Manouel : du beau ski dans un cadre original et superbe.

 

 

COURSE N°3 : LA TÊTE DE FOURAN (2460m)

Boucle du Clot

Départ : 1410                                                                                   Durée : 4h30

D+/D- : 1050                                                                                     Ski : 3.3

Orientation :      nord                                                                     Marche : F

Pente : 35°/150                                                                               Exposition : 1

 

Tête de Fouran versant nord est : sur le ciel, la crête de la Brèche et l’arête de la Vieille donnant accès au plateau de l’Alp et au Pinfol. Sous le sommet la pente du Clot.

Cette pente du Clot réserve une descente de toute beauté en poudreuse ; surtout si l’on s’offre la partie de gymnastique du ravin du Clot intégral où la végétation qui se densifie oblige un ski précis (C’est ce qui fait monter la cotation ski !). Mais si les conditions sont médiocres elle peut être très dangereuse. Ne pas s’engager à la légère. En cas de doute choisir une autre combinaison en remontant l’arête de La Vieille (2511m) et rentrer par le couloir de Côte Salée (voir plus loin).

Montée : par la voie normale

Descente : Commencer par la petite cuvette sous le sommet. Skier ensuite droit au dessous en tirant à droite (nombreuses lignes possibles selon les conditions) jusqu’au replat 2134m. Continuer par le vallon en choisissant la meilleure neige jusqu’à la piste du Vallon (1920m). Si la neige est bonne et abondante poursuivre dans le talweg très sportif jusqu’à la piste de l’Alp (1620m) qui ramène à Mikéou.(Une nouvelle traîne forestière permet d’éviter la partie inférieure du ravin :elle commence à 1750 quand la piste traverse le talweg du Clot. Elle part en oblique rive droite, parallèle au tracé du canal de Manouel et sort à 1600m sur la piste de Manouel, à 100m de la piste de l’Alp).Sinon suivre la piste du Vallon bien skiante qui ramène aux traces de montée.

Tête de Fouran, pente du Clot : bonheur de la poudreuse.

Variante : couloir Chantriaux. Redescendre le triangle final en tirant à gauche au dessus des barres. A 2300 un goulet amène dans la grande pente face au replat 2134m (35 à 40°/200m ; ski 4.1).

Célèbre par la signature de son ouvreur, cet itinéraire est plus dangereux et finalement moins beau que la pente du Clot.

 

COURSE N°4 : LE PINFOL (2649)*

 

 

Sommet du Pinfol : octobre 2016. Peu fréquenté mais un must du ski de montagne.

Beaucoup moins connu que la Tête de Fouran, le Pinfol offre une variété d’itinéraires encore plus grande. Plusieurs combinaisons d’itinéraires et des enchaînements en font sans doute le sommet le plus intéressant du secteur sur la durée de la saison.

L’arête de la Vieille entre la Tête de Fouran et le Pinfol.

 

BOUCLES FOURAN PINFOL : en rouge boucle de Côte Salée (ravin du Clot) ; en violet, boucle du Vallon.

Combinaison 1 : COURSE 4A : FOURAN- PINFOL boucle de Côte Salée par la Vieille

Départ :  1410                                                                           Durée :4h30

D+/D- : 1240                                                                            Ski : 2.2

Orientation :  sud-est                                                                 Marche : R

Pente :  pass.30°                                                                       Exposition : 1                    

Montée à la Tête de Fouran par sa voie normale. Du sommet suivre la belle arête sans difficulté (se méfier des corniches).Le Rocher de la Vieille (2511m)(accessible à pieds ; belle vue) se contourne juste au dessous. Descendre au col au pied du Pinfol et par une traversée ascendante gagner sa combe sommitale puis les rochers de la cime (2649m) ; Panorama exceptionnel.

Fin octobre 2016 : le Pinfol est déjà un régal.

Skier la dernière combe puis les pentes au dessous en tirant à droite vers le ravin du Clot. Une petite cuvette avec quelques mélèzes marque l’entrée du couloir de Côte Salée.

L’entrée du couloir de Côte Salée. Au dessous, la pente s’énerve un peu !

Au replat 2134 on retrouve l’itinéraire de Fouran par le Clot par lequel on retourne à Mikéou.

Ravin du Clot vers 2000m.

 

Combinaison 2 : COURSE 4B : FOURAN-PINFOL enchainement

Départ :    1410                                                                              Durée : 7h00

D+/D- :     2250                                                                             Ski : 3.2

Orientation :   toutes                                                                       Marche : F

Pente :    pass.35°                                                                           Exposition : 1

 

 

 

Belle ambiance sur l’arête de la Vieille.
ENCHAÎNEMENT FOURAN PINFOL : tracé jaune . Particulièrement intéressant dés que l’on peut atteindre l’altitude 1800m sur la piste du Vallon (en 4X4 depuis la piste « sans issue » de Manouel).

 

Envisageable en hiver par neige sûre, mais idéal en fin d’hiver pour profiter des pentes supérieures les plus belles.En empruntant la piste de Manouel rejoignant la piste du Vallon en 4X4 on arrive à la neige vers 1800 sur la piste du Vallon. Sans 4X4 utiliser la piste normale du Vallon jusqu’à la neige.

Plusieurs enchaînements possibles mais le suivant est spécialement gratifiant : montée à la tête de Fouran par sa voie normale. Skier la pente du Clot. Au replat 2134m tirer à gauche pour rejoindre la crête d’entre les vallons que l’on remonte pour gagner le Pinfol. Skier le Vallon. Au bout du plan à 2100m traverser dans les pentes raides boisées rive droite du Torrent de St Thomas. A la cabane du Vallon 1978, remonter plein nord pour gravir la pente soutenue à la limite de la forêt (à pied le plus souvent) pour sortir à 2200 sur la croupe boisée dite des Résinières. Monter droit vers la piste de l’Alp (virage 2287m) puis au dessus. On débouche sur les replats de la nouvelle  Croix des Résinières*. On continue vers le cairn 2417m. Descendre à la cabane de l’Alp puis par un longue traversée d’abord sans monter puis en ascendance gagner la combe et le sommet du Pinfol. Descente par le couloir de Côte Salée ou si les conditions sont encore acceptables par le couloir de Manouel.

 

Combinaison 3 : COURSE 4C  : FOURAN-PINFOL boucle du Vallon

Départ :  1410                                                                                   Durée :4h30

D+/D- :  1240                                                                                    Ski : 2.2

Orientation :   est                                                                               Marche :R

Pente :   pass.30°                                                                                    Exposition : 1

 

Montée à la Tête de Fouran par sa voie normale. Du sommet suivre la belle arête sans difficulté (se méfier des corniches) jusqu’au Rocher de la Vieille (2511m)(accessible à pieds ; belle vue)qui se contourne juste au dessous. Descendre au col au pied du Pinfol et par une traversée ascendante gagner sa combe sommitale puis les rochers de la cime (2649m) ; Panorama exceptionnel. Skier la dernière combe puis les pentes au dessous pour entrer dans le Vallon (sa rive droite reste souvent très poudreuse).

Belle poudreuse chronique à l’entrée du Vallon.

Au plan (2020m)  continuer au centre puis rive gauche jusqu’à l’ancienne cabane du Vallon (1978m). En fin de saison skier au contraire rive droite les raides pentes boisées jusqu’au pont de Clos la Fourme. Finir par la piste du Vallon pour rentrer soit par le ravin inférieur du Clot si la neige est abondante soit en descendant la piste plus loin par  la voie normale de Fouran.

 

 

Combinaison 4 : COURSE 4D : PINFOL boucle Clot Vallon

Le PINFOL itinéraires classiques : en rouge montée de la boucle Clot-Vallon; en violet clair descente du vallon avec sa variante de fin de saison ; en violet foncé, montée de la boucle de l’Alp.

 

Départ :  1410                                                                         Durée: 4h30

D+/D- : 1240                                                                           Ski : 2.2

Orientation :   est                                                                     Marche : R

Pente :  pass.30°                                                                      Exposition :   1                        

 

 

Le Pinfol et les étranges rochers du sommet.

Rejoindre Mikéou puis suivre la piste du Villard. Au pont 1586m tracer à gauche dans la forêt claire pour couper la piste de l’Alp à l’embranchement avec celle du Vallon. Suivre cette dernière jusqu’à la croupe rive gauche du ravin du Clot que l’on remonte sur des traces de tirage de bois sur Barret. On recoupe la piste du Vallon. On continue au dessus sur la cabane du Clos la Fourme (Vallon 2002m IGN) puis encore au dessus en tirant à gauche. Arrivé sur le replat  rive gauche du ravin du Clot, vers 2100m partir à droite en oblique. Gravir le raide talus boisé de la croupe séparant les vallons du Clot et du Vallon.

Au départ de la crête d’Entre les Vallons (novembre 2016).

Elle se transforme en une arête avec quelques rochers avant de disparaître sur les plateaux de l’Alp vers 2350m.

Sortie de l’arête sur les plateaux de l’Alp au pied du Pinfol.

On retrouve les itinéraires précédents du Pinfol. A la descente skier les itinéraires précédents empruntant le Vallon.

Le Pinfol dominant le Vallon.

 

Combinaison 5 : COURSE 4E : PINFOL boucle de l’Alp

Départ :  1410                                                                      Durée : 5h00

D+/D- :  1250                                                                      Ski : 2.3

Orientation :   est                                                                 Marche : R

Pente :  pass.30°)                                                                 Exposition : 1

                         

Le Pinfol rapidement accessible depuis la cabane de l’Alp en se méfiant des raides pentes précédant le sommet.

 

De Truchet gagner Mikéou puis le Villard par la piste A la maison la plus haute, monter droit aux Ponses par les prés buissonneux. S’élever à gauche en visant le carrefour 1875 de la piste de l’Alp. Delà partir en ascendance sur la droite pour contourner une zone rocheuse malcommode. Revenir au dessus à gauche, puis droit sur le virage 2297 de la piste. Poursuivre par la croupe raide au-dessus, passer à la nouvelle  Croix des Résinières* et finir au cairn 2417 par la crête au dessus. Rejoindre la cabane de l’Alp et gravir le Pinfol comme  4B. Retour en fonction de l’envie par le Vallon, Le Clot ou Fouran par la crête de la Vieille.

Comment résister à la poudreuse si durable de la pente nord du Clot ?

 

 

COURSE 5 : CRÊTE DE FOURAN (2683)

 

CRÊTE DE FOURAN (2683) : itinéraires de printemps ; pistes ouvertes au dessus de Mikéou. En rouge, boucle de Chambe Lève depuis le Pinfol ; en violet clair, pente nord est ; en violet foncé, variantes (communes avec certaines descentes de Prenetz ou Vautisse).

A ne pas confondre avec la Tête de Fouran

Totalement désert en hiver car éloigné et d’accès compliqué, ce sommet peu individualisé,permet quelques errances aériennes au dessus des abîmes du Couleau .

Combinaison 1 : COURSE 5A : PINFOL-CRÊTE DE FOURAN  tricotage de Chambe Lève

Départ :  1410                                                                                  Durée : 6h00

D+/D- :   1860                                                                                  Ski : 3.3

Orientation :  toutes                                                                           Marche : R

Pente :  pass.40°                                                                              Exposition : 2             

Du Pinfol à droite à Prenetz à gauche, les combes suspendues de Chambe Lève au dessus des abîmes du Couleau.

Du Pinfol atteint par sa voie normale skier la pente ouest sur la cuvette perchée à droite. Repeauter à 2450m pour remonter par la croupe sud ouest à la Crête de Fouran (2683m). Skier la pente nord ouest sur la cuvette de Chambe Lève. A 2420m repeauter (on pourrait continuer à skier le couloir de Chambe Lève sur Couleau mais c’est une autre histoire et un bel engagement (voir Toponeige), pour atteindre le collet du Laus. Se laisser glisser au lac avant de remonter sur le sommet sud de Prenetz (2781m) par la combe au dessus du lac puis le plateau à gauche au dessus des barres rocheuses. De la :

soit descendre sur le col 2746m. Skier la pente nord (attention aux plaques) sur le plateau de la voie normale de Vautisse.  Poursuivre en direction de l’Alp. Rejoindre l’ensellement au nord de la bosse 2515m et basculer dans le vallon sud de la Selle. A partir de la cabane de la Selle suivre la piste de l’Alp jusqu’à la voiture.

soit skier la contre pente de l’arête  jusqu’au col non nommé (2600m) où passe de chemin d’été du Laus (gros cairn) continuer vers l’Alp par la combe au dessous. Vers 2460 tirer à droite pour rejoindre le Vallon

En cas de mauvaise neige il est toujours possible de rentrer par la piste de l’Alp en général bien glissante.

 

Combinaison 2 : COURSE 5B : PINFOL- CRÊTE DE FOURAN pente est

Départ : 1410                                                                             Durée :5h30

D+/D- :  1470                                                                            Ski : 3.3

Orientation :   est                                                                       Marche : R

Pente :  pass.40°                                                                       Exposition : 2

La Crête de Fouran avec à sa gauche le Pinfol et entre les rochers sous le sommet, le couloir de la pente Est.

Monter au Pinfol. Suivre l’arête sud de la crête de Fouran (2683m) ou procéder comme sur l’itinéraire précédent. Du sommet skier droit au-dessous la pente est, très soutenue face à la cabane de l’Alp (plaque fréquente). Tirer à droite à la fin pour rejoindre le Vallon.

 

 

COURSE 6 : CRÊTES DE PRENETZ (2836)

CRÊTES DE PRENETZ . Montée et variantes en rouge ; descente et variantes en violet clair.

 

Boucle du Laus

Ces crêtes aux multiples accès offrent des parcours aisés, sûrs le plus souvent. La variété des itinéraires et l’ambiance liée à l’éloignement compensent largement le modeste intérêt skieur. De la belle montagne en hiver, avec un parcours d’arêtes très original, panoramique au possible.

Départ :   1410                                                                           Durée : 6h00

D+/D- : 1650                                                                             Ski : 2.2

Orientation : toutes                                                                   Marche : R

Pente : pass.30°                                                                       Exposition : 1

 

Crête de Prenetz avec à gauche le plateau des Terres Noires.

De la cabane de la Selle, rejoindre le vallon de la Selle puis la crête homonyme à proximité du col 2289m. La suivre jusqu’au replat vers 2420 (cairn).De là deux possibilités : Soit,un peu plus long mais plus varié : Traverser  en ascendance à droite les pentes soutenues permettant d’arriver sur le balcon du lac Trouble. Le dépasser puis quitter les peaux pour se laisser glisser vers l’ouest jusqu’au plan de Feyssolles (pt 2474m). Repeauter ; s’élever rive droite du torrent en tirant à gauche. Passer au lac 2631 pour franchir le gradin au dessus à gauche. On prend pied sur le plateau des Terres Noires où l’on recoupe le sentier de Vautisse.

Soit, plus court, continuer sur la croupe au dessus (gros cairns) pour sortir sur la bosse 2608m par un passage bien raide, parfois plaqué, sur 50 mètres. On rejoint le plateau des Terres Noires en traversant par une série de petites montées et descentes jusqu’au pied de la pente terminale de Prenetz.

On gravit la dernière  pente un peu plus soutenue pour atteindre rapidement sur la droite le sommet nord de Prénetz (2836m).

Se laisser glisser sur la crête panoramique sur le col 2746m. Remonter au sommet sud de Prenetz (2781m). Descendre un peu le plan incliné vers le sud ouest pour trouver le passage d’accès à la combe du Laus. Au lac remettre les peaux. Passer au collet du Laus et gravir au-dessus en tirant à droite le raide gradin ramenant à la dépression vers 2600m sur la crête de Prenetz ou passe le sentier d’été du lac. (Plusieurs cairns).

Le passage clé en hiver. A 2600m ce collet, qu’on pourrait nommer collet Prenetz-Laus permet de rentrer en sécurité sur la cabane de l’Alp. Vers le sud, le sommet de la Crête de Fouran (2683m).

Skier la jolie combe face à la cabane de l’Alp et rentrer à la voiture par la piste de l’Alp (possibilité de skier le couloir direct sur la cabane de la Selle au nord de la Croix IGN des Résinières*si les conditions sont bonnes,(ski : 3.2) .On peut aussi rentrer sur Mikéou par une des descentes du Pinfol ( le Vallon ou le Clot).

Crêtes de Prenetz retour sur l’Alp depuis le collet Prenetz-Laus.

 

 

COURSE 7 : TÊTE DE VAUTISSE (3156)

TÊTE DE VAUTISSE – PRENETZ : montée en rouge puis jaune ; descentes toutes les autres couleurs. Voir cartes précédentes.

Boucle sud est.

Départ : 1410                                                                              Durée : 7h00

D+/D- :  1750                                                                             Ski : 3.2

Orientation :  est                                                                         Marche : F

Pente : 35°/300m                                                                       Exposition : 1

                    

La Tête de Vautisse (3156m) avec à sa gauche le sommet nord de Prénetz (2836m).

C’est le grand sommet de Réotier. En hiver son éloignement et l’importance du dénivelé le réserve à des skieurs alpinistes endurants et expérimentés. C’est une superbe course d’envergure aux multiples combinaisons d’itinéraires en fonction des conditions de neige. En début d’hiver, comme au début du printemps, quand la piste de l’Alp permet d’arriver à proximité de la cabane de la Selle, c’est une ascension rapide, de longueur raisonnable. Une seule chose à ne pas oublier : au printemps en sud est, le soleil travaille vite la neige.

L’accès de la voie normale en hiver se fait le plus souvent depuis le Ponteil, mais c’est aussi très long. Au printemps le déneigement naturel de la piste de Tramouillon est plus tardif que celui de la piste de l’Alp.

La Tête de Vautisse (3156m) depuis le replat du lac Trouble. C’est encore bien loin mais l’édifice sommital commence à prendre toute sa dimension.

En hiver : de Truchet passer à Mikéou, puis au Villard, aux Ponses et rejoindre la piste de l’Alp au carrefour 1875m. Continuer sur la piste à la Cabane de la Selle.

Au printemps, se garer dans le virage au dessous de la cabane de la Selle.

Suivre l’itinéraire de Prenetz jusqu’au plan de Feyssolles. Poursuivre le long du torrent ou à proximité. Passer au lac Etoilé et traverser tous les petits plateaux en visant le centre de la pente terminale de Vautisse. La pente raidit progressivement : on trace à gauche, vers le sud pour atteindre l’arête sud est vers 2900m. Par son flanc droit s’élever directement au sommet.

Comme beaucoup de sommets éminents, celui de la Tête de Vautisse n’a pas échappé au « décor » du relais radio du secours en montagne. On l’oublie vite tant le cadre et l’ambiance vous transportent et font oublier ce motif trivial pourtant bien utile.

Si les conditions sont bonnes, skier directement la grande pente en son centre. C’est du grand ski !

Le superbe plan incliné sommital de Vautisse : 400m de grand ski !

De retour sur le plateau du col des Rougnoux, traverser à droite pour longer les pentes nord de Prenetz (un peu fastidieux). Suivre le tracé du sentier d’été. Une petite remontée pour prendre pied sur le plateau des Terres Noires.

Plusieurs solutions pour finir :

  • La plus belle : enchainer avec la boucle de Prenetz en skiant directement depuis le sommet sud (2781m) vers le collet 2600m (Prenetz-Laus) si l’on veut éviter de descendre sur le Laus et de rajouter une nouvelle montée.

    Descente de Prenetz sur le Laus. A gauche le sommet de la Crête de Fouran.
  • La plus courte : Poursuivre en direction de l’Alp. Rejoindre l’ensellement au nord de la bosse 2515m et basculer dans le vallon sud de la Selle. A partir de la cabane de la Selle suivre la piste de l’Alp jusqu’à la voiture.
  • La plus facile en cas de mauvaise neige : gagner la cabane de l’Alp et rentrer par la Piste qui glisse bien en général.
  • Variante haute de descente en bonnes conditions : skier le flanc de l’arête est. Un peu avant le col 2905m descendre le mur sud ramenant au plateau.
  • Pour de très bons skieurs alpinistes, au printemps, la boucle du Vallon Cros (TPN H18) est d’un intérêt remarquable. A 2250m on traverse sur le vallon de font Cailla pour traverser le col de Val Haute (30mn de remontée). Skier en tirant à droite vers la cabane de l’Essaumaure en traversant ensuite en perdant le moins d’altitude. Vers 2150m remettre les peaux pour franchir la crête de la Selle vers 2400m afin de pouvoir descendre en allant à droite sur des pentes enneigées plus tardivement.

    Dernière montée vers la crête de la Selle au dessus de la cabane de l’Ubac. Roche Charnière est une borne bien esthétique.
  • ATTENTION : la traversée du col supérieur des Rougnoux (2905m) sur le Vallon Cros est très dangereuse et déconseillée si l’on ne connait pas les lieux. Versant nord utilisé parfois par des habitués (crampons obligatoires), à la montée, sur la boucle de Vallon Cros.

COURSE 8 : CRÊTE DE ROUGNOUX (3003m)

CRÊTE DE ROUGNOUX. En rouge, boucle sud et ses variantes. En jaune enchaînement et boucle de Vautisse.

Boucle sud

Départ : 1410                                                                              Durée : 6h30

D+/D- :   1650                                                                                    Ski : 3.2

Orientation : sud  -est                                                                              Marche : R

Pente : pass.35°                                                                          Exposition :1

La Crête de Rougnoux, face sud : A gauche le sommet ouest, culminant (3003m), à droite le sommet est (2943m). Au dessous les pentes et couloirs de Selapette.

Cette crête  peut être un accès à la Tête de Vautisse. Mais elle se suffit à elle-même par ses qualités paysagères et encore plus par la qualité de ski qu’elle réserve. Un peu loin mais tellement beau !

Emprunter l’itinéraire de Prenetz jusqu’au plan de Feyssolles. Gravir alors en allant à droite les pentes soutenues de Selapette. Atteindre le plan incliné est du sommet 2943m. Le gravir. Une belle arête (attention aux corniches)  aérienne, très agréable vous dépose au sommet culminant.

Skier si la neige est sûre la très raide face sud directe (attention aux barres ;ski : 4.2 ; E :2 ; couloir à l’articulation des barres) ou plus facile la pente centrale sud à proximité du sommet 2943m.(nombreuses lignes possibles mais de niveaux très différents. Très raide et exposé sous le sommet 2943m).

Sommet ouest de Rougnoux (3003m) couloir sud.

De retour à Feyssolles, revenir au lac Trouble pour rejoindre la Selle.

Boucle de Vautisse

Itinéraire de belle ampleur ; un des plus beaux du Briançonnais dans ce niveau très accessible. Descente délicate facette sud ouest sur le col supérieur des Rougnoux (2905). Remontée au sommet de Vautisse flanc gauche de l’arête est. Descente classique de Vautisse par les Terres Noires.

 

COURSE 9 : ROCHE CHARNIERE (2420m)

ROCHE CHARNIERE : en rouge voie normale depuis Réotier ; en violet clair, boucle de la Selle ; en jaune, combe et pente nord est ; en variantes accès depuis le Ponteil : violet foncé pour la montée, bleu clair pour la descente.

Départ :   1410                                                                  Durée : 4h30

D+/D- : 1010                                                                    Ski : 3.3

Orientation :  sud-est                                                        Marche : F

Pente :  pass.40°                                                              Exposition : 2

Ce fier sommet atypique, posé sur les pentes du massif de Vautisse est cerné de barres rocheuses. Il semble plus adapté à l’escalade qu’au ski. Pourtant plusieurs itinéraires malins permettent de profiter de son originalité. Il ne faudra pas oublier cependant que les pentes sont plutôt soutenues et par endroit exposées.  Une bien jolie course peu fréquentée.

Roche Charnière: en hiver un accès délicat et d’une grande esthétique (Ph. Alain Vincent).

COURSE 9A :VOIE NORMALE

Comme  7   gagner la cabane de la Selle. Traverser dans la forêt à la verticale du passage où le sentier d’été sort sur le plateau médian. Le gravir pour prendre pied sur ce plateau. S’élever un peu avant de surmonter à gauche le gradin raide donnant accès au plan incliné terminal  (se méfier des plaques).

Accès possible depuis les Preyts et Bouffard.

ROCHE CHARNIÈRE partie haute face sud avec le passage clé bien visible à gauche du plateau.

COURSE 9B : BOUCLE DE LA SELLE.

Monter au sommet par la voie normale. A la descente du gradin portant le plan incliné traverser à gauche pour trouver la brèche (2290m) au sommet du couloir nord. Le skier sur la petite combe. Repeauter et remonter en restant à droite vers les plateaux de l’Ubac. Retour en franchissant la crête de la Selle. Au plus court par le collet 2289m ou plus haut si l’on veut profiter du beau ski dans la combe de la Selle. La dernière pente au dessus de la piste dans les bois est un peu chaotique.(ski : 3.3)

Roche Charnière versant de la Selle.

COURSE 9C : COMBE NORD EST :

Au pied du couloir de la brèche 2290m skier la combe à droite , un peu chahutée, parfois un peu sanglier ! A 1900m part à droite une vieille piste forestière ramenant à la piste de liaison Champcella-Réotier. La suivre (montante puis horizontale) jusqu’à la limite communale. Skier sur le hameau de Bouffard. Remonter sur la piste au carrefour (1799m) de la piste de l’Alp qui ramène à Mikéou. (ski : 3.3)

ROCHE CHARNIÈRE face nord est avec le couloir à gauche des rochers sommitaux. En bas la piste de Tramouillon partant du Ponteil empruntée pour accéder à la Tête de Vautisse par Feyssolles, voie normale habituelle.

COURSE 9D : PENTE NORD EST :

De la brèche 2290m continuer à skier le bord nord du plateau qui plonge par une pente soutenue dans la forêt. On arrive en tirant à droite sur la piste de liaison Champcella-Réotier.(ski: 3.3).

Pour 9C et 9D l’accès depuis le Ponteil est encore plus simple.

ROCHE CHARNIERE face est est au dessus des clairières du Ponteil.

 

ET ENCORE ?

Plusieurs autres itinéraires de voisinage, souvent de belle envergure sont d’un grand intérêt. Nous renvoyons au Toponeige Ecrins est pour leur description.

Le Dôme de Gaulent (2707m) pentes sud est.( TPN H20 ).

La Tête de Gaulent (2867m) rocheuse. Le Dôme (2707m) est son épaule ouest.
Arrivée au sommet du Dôme de Gaulent (2707m).

La Crête des Rougnoux (3003m) triangle nord est. (TPN H19)

Crête de Rougnoux, versant nord est : à gauche la pente est dite de la Reychasse, s’élève au sommet est (2943m); Le triangle nord- est débute sous la corniche du sommet ouest (3003m)

La Tête de Vautisse (3156m) par le nord et le Vallon Cros. (TPN H18)

Vautisse nord est : le vallon Cros.

La Traversée Vautisse –Rochelaire avec retour par le Couleau. (TPN I11 et I12)

Le Pic de Rochelaire (3108m) face sud est. Trés belle descente soutenue de plus de 1000m sur les cabanes de Chateauroux dans le vallon de Couleau. a sa droite la descente de la pente de Vautisse sur Chava Blanc est équivalente.

 

La face sud de Vautisse sur Chava Blanc (TPN I10)

Sur les Crêtes de Prenetz avec à gauche la Tête de Couleau (3038m), au centre, le Pic de Rochelaire (3108m), à droite la Tête de Vautisse (3156m).

Le couloir sud du col des Rougnoux sur Couleau. (TPN I10)

Prenetz avec descente du couloir de Chambe Lève sur Couleau. (TPN I10)

Le couloir de Chambe Lève. Descente superbe mais bien délicate.

ET pour terminer en beauté une saison :

C’est presque l’été et la piste pastorale du Sellar depuis Champcella est ouverte. Le portage est en principe limité.

-traversée Vautisse Rochelaire avec descente nord sur le Sellar par les Lauzières d’Août depuis la porte du PNE de Valerette. (TPN H18 et H17)

Le cirque nord de Vautisse Rochelaire (du Sellar) sans doute le mieux enneigé du secteur en fin de saison.

– traversée Uvernaus- Rochelaire par Mouthe depuis Valerette. (TPN H17).

 

Le petit lac du Lauzet reflète les belles pentes de Rochelaire et des Uvernaus, enneigées normalement jusqu’en juin. Un des plus beaux sites du Briançonnais.

 

L’arête ouest de Vautisse depuis Rochelaire. Fin juin 2014 l’enneigement est encore conséquent mais le parcours à pied est recommandé. C’est par cet itinéraire que Coolidge effectua la première ascension connue de la Tête de Vautisse  le 28 juin 1887.

 

 

RAQUETTES A NEIGE

Activité de plein hiver sur les sentiers, les pistes, en forêt claire ou sur les pâturages. Les plus entreprenants pourront bien sûr parcourir les itinéraires de ski de randonnée en se conformant aux règles de sécurité de cette activité.

Un vaste paradis pour la rando en raquettes. En bas à gauche, le sentier et la clairière de l’Aubrée dominée par la butte pelée de la table d’orientation. Au centre les Grands Prés au dessus du Villard sur fond de Roche Charnière et de la Crête des Rougnoux.

Selon m’importance des chutes de neige, il est possible de partir des hameaux habités en permanence. Cependant le point de départ le plus habituel est le même que pour le ski : le plateau de Truchet (1400m).

Boucle N° 1 : Plein hiver : la table orientation : boucle de Mikéou au départ de l’Eglise St Michel.

BOUCLE N°1 : La table d’orientation. (tracé jaune).

Départ : 1164m                      Sommet : 1476m                          D+/D- :312m

Durée : 2h30       

De l’église prendre la piste dominant le cimetière, contournant la butte du château disparu.

A 150m de l’église St Michel, c’est déjà l’émerveillement.

Arrivé dans le grand pré sous la ligne électrique traverser à droite jusqu’au pylône suivant au collet dominant le hameau du Cros. Le sentier de l’Aubrée commence ici. Le suivre.

Sur le sentier de l’Aubrée.

Quand il arrive sur la piste carrossable après le ravin de Piolet, emprunter à gauche un large chemin raide qui rejoint la piste de Truchet (route forestière de l’Aiguille). La traverser et remonter la combe au dessus jusqu’au plan de Pra bouchard (Camp de la Marine). La table d’orientation est juste au dessus sur la bosse à droite.

Deux étudiants de Boston heureux à la table d’ orientation. C’était encore l’ancienne, tellement belle, offerte par la DCAN de Toulon à la commune de Réotier

Revenir au plan et prendre en direction de Truchet. Après avoir traversé le canal suivre le chemin qui le longe, à droite, et amène dans les clairières de Pré Michel. Monter au mieux sur la piste du Villard ou directement rejoindre Mikéou.

Retour par Mikéou.

Descendre la combe sur la chapelle St Roch de Truchet, continuer par le chemin des Guieux.

Chapelle St Roch à Truchet (Les Lajards pour IGN, les chalets au dessus portant le nom de Truchet ? En arrière plan, le sommet de Roche Charnière.

A la belle maison la plus basse prendre à gauche le chemin qui finit sur la piste du chantier THT.

Passage à la belle maison Averous, ancien chalet de « petite montagne » de la famille Rostand, superbement rénové et modernisé.

La descendre. Quand elle remonte, la quitter pour le sentier qui ramène à La Combe et à L’Eglise.

 

Boucle N°2 : Boucle du Pré d’Eymars (1467m) depuis Truchet.

BOUCLE N°2 du Pré d’Eymars (tracé jaune).

Départ :1400m                            Sommet :1586m                    D+/D- :250m

Durée : 2h30

Suivre la piste du camp de la Marine (Pra Bouchard 1455m) comme pour la table d’orientation. Au pied de cette dernière prendre le chemin qui descend à peine au début, puis plus pentu, pour traverser la passerelle du torrent de Saint Thomas.

La traversée glaciale et glacée du torrent de Saint Thomas avant la remontée sur le Pré d’Eymars.

 

Remonter le sentier sur l’autre rive qui amène au Pré d’Eymars (belvédère en quittant le sentier à droite) puis à la bifurcation avec le GR50  venant du Villard.

Remonter le sentier sur l’autre rive qui amène au Pré d’Eymars (belvédère en quittant le sentier à droite) puis à la bifurcation avec le GR50  venant du Villard.

L’emprunter pour traverser ce hameau (1580m) vivant autrefois, puis continuer sur la piste de Mikéou par Basse Rua.

Traversée de l’ancien hameau du Villard. D’abord habitat permanent jusqu’à la fin du XIXème siècle, il a servi de « petite montagne » aux paysans éleveurs de Réotier jusque dans la deuxième moitié du XXème siècle.

Finir par la combe au-dessous sur la chapelle St Roch de Truchet.

Arrivée aux chalets de Truchet (appellation IGN). Pour les Rotéirolles, Truchet correspond au plateau entre le parking et le relais TV appelé les Lajards par IGN.

Boucle N°3 : Boucle de Bouffard par les Preyts depuis Truchet.

Départ :1400m                                   Sommet :1875m                            D+/D- : 590m

Durée : 4 heures

Commencer par la boucle N°2 jusqu’à la bifurcation du Pré d’Eymars. Continuer sur le GR50 jusqu’au maisons des Preyts (1444m).Quitter le Gr50 pour monter dans la pente à gauche la piste de tirage de bois qui se perd au torrent de Bouffard (1724m). Poursuivre rive gauche de ce dernier jusqu’au hameau de Bouffard (1745m).

Traversée du hameau de Bouffard (Ph Alain Vincent).

Suivre alors la piste carrossable qui ramène à la piste de l’Alp en haut des Grands Prés (1799m). L’emprunter pour rentrer à Mikéou puis Truchet.

Boucle N°4 : Boucle des Villards depuis Truchet

 

BOUCLE N°4 des Villards (tracé jaune).

Départ : 1400m                                    Sommet : 1770m                          D+/D- :370m

Durée : 3h00

Gagner l’entrée du Pra Bouchard (1455m). Suivre à gauche après le parking d’été le chemin longeant le canal de Beauregard rive droite. Remonter le Pré Michel pour sortir sur la piste du Villard un peu avant Basse Rua.

L’original chalet de Basse Rua avec en face la chaîne des Pareis, Crosas et la Platte de Moussières.

La suivre. A la maison la plus haute (piste de gauche après le pont),(1580m), monter droit les prés buissonneux pour sortir au chalet des Ponses (1740m). Rejoindre la piste de l’Alp juste au dessus prés des Eymars (1772m).L’utiliser pour revenir à Truchet par Mikéou ( on peut passer aussi un peu au dessous sur la piste des Collombs.)

 

Boucle N° 5 : Boucle de l’Alp depuis Truchet

C’est un bien bel itinéraire mais très long avec du dénivelé.

BOUCLE N°5 de l’Alp en rouge au départ de la boucle N°4 tracé jaune.

Départ : 1400m                  Sommet: 2511m                   D+/D-: 1130m

Durée : 5h30

La boucle décrite s’adresse à des randonneurs résistants ayant une expérience alpine indispensable pour traverser sur Fouran. Si ce n’est pas le cas la boucle de retour emprunte la piste de l’Alp par la cabane de la Selle.

Du Truchet gagner Mikéou puis le Villard et le Chalet des Ponses  comme la boucle 4. Continuer au dessus pour rejoindre directement le carrefour de la piste du Vallon (1875m). S’élever vers la droite dans la forêt claire, pour contourner un ressaut rocheux malcommode. Revenir au dessus à gauche puis droit au virage 2297m de la piste. Encore droit au-dessus puis à droite pour passer à la nouvelle Croix des Résinières*.

La nouvelle Croix des Résinières* devant la Tête de Gaulent.

Rejoindre la piste puis l’arête à gauche sortant au cairn belvédère 2417m.

Au dessus de la Croix des Résinières* la petite arête du cairn belvédère 2417m.

Descendre par la piste à la cabane de l’Alp (2392m).

Arrivée aux cabanes de l’Alp.

Effectuer vers le sud une traversée en restant toujours à proximité de la courbe de niveau 2400m.

Suivre la courbe 2400m permet de ‘survoler » les deux ravins du Vallon et du Clot même en conditions avalancheuses qui ne permettraient pas de descendre ces derniers.

Arrivé sur la croupe en haut du Vallon monter sur la droite en visant le rocher de la Vieille (2511m) que l’on contourne à gauche pour descendre l’arête, aérienne, parfois alpine, (attention aux corniches) sur la tête de Fouran (2460m).

L’arête entre le Rocher de la Vieille (2511m) et la Tête de Fouran, souvent ornée de bien belles corniches.

On rentre sur Mikéou par la crête de la Brèche voie normale des skieurs. Multiples traces de montée et de descente.

Boucle N°6 : Boucle Vallon -Clot- Manouel depuis Truchet

 

 

BOUCLE N°6 Vallon Clot Manouel (tracé violet) intermédiaire entre la boucle 4 des Villards (tracé jaune) facile et rapide et la boucle 5 de l’Alp (tracé rouge réservée à des randonneurs avertis et très entraînés.

Départ : 1400m                             Sommet :2134m                  D+/D- : 750m

Durée : 3h30

De Truchet commencer par la boucle N°5. Au Valliret (carrefour 1875m de la piste de l’Alp) partir à gauche sur la piste du Vallon. Elle rejoint le Vallon proprement dit prés de l’ancienne cabane (1978m). De là deux options :

-la plus courte et la plus facile consiste à continuer sur la piste du Vallon aprés le pont. Elle traverse le replat supérieur de Barret avant de descendre sur le ravin du Clot.

Les replats supérieurs de Barret dominés par les raides pentes de la crête de la Brèche et de la Tête de Fouran.

-la plus belle : suivre la piste conduisant à la nouvelle cabane du Vallon (Clos la Fourme 2002m). Monter droit au dessus en tirant à gauche (on passe à proximité de la plus ancienne cabane bien effondrée). On monte encore à gauche pour sortir sur les replats de Côte Salée (pt. 2134m). Vue magnifique. Ne pas s’aventurer plus haut (risque d’avalanches).

Les avalanches de la pente du Clot à Fouran sont puissantes. Dans les crises de paroxysme, le souffle des coulées de poudreuse balaient le replat 2134m ou se termine cet itinéraire. Les mélèzes déracinés ou fracassés en témoignent.

Descendre dans le talweg du Clot jusqu’à la piste du Vallon.

Continuer sur la piste jusqu’à la grande épingle (1820m). Juste au dessous commence à droite une autre piste horizontale qui s’achève sur un vaste replat (1780m). Plus étroite, elle plonge au dessous dans la forêt sur la gauche (c’est la piste dite de Manouel, marquée « sans issue » sur la piste de l’Alp). La suivre (pente soutenue) jusqu’à la Croix de Manouel (1620m intersection du canal et de la piste). On rejoint les nombreuses traces des skieurs vers Mikéou. Il est plus beau de descendre de ce point dans les clairières, de passer à la citerne (1545m) au bord de la piste de la Carrière), de franchir le raide talus au dessous vers la gauche pour rejoindre les champs des Combes. On s’échappe à gauche vers 1430m par une piste agricole qui ramène au dessus de Truchet. On peut aussi continuer droit au dessous jusqu’à une piste sous la ligne THT. On arrive au dernier virage au dessous du parking de Truchet situé 3 minutes plus haut.

La clairière de Mikéou dominée par le mélézin de Manouel et de Fouran avec à droite les vallons du Clot et du Vallon. L’essentiel de l’itinéraire évolue dans cette belle forêt.

Boucle N°7 : Boucle de la Carrière depuis Pinfol.

BOUCLE N°7 de la Carrière (tracé jaune).

Départ :1400m                        Sommet : 1570m                  D+/D- : 200m

Durée : 1h30

Il faut un enneigement abondant pour cette boucle intéressante et courte ne soit pas une pénible randonnée pédestre sur le Gr50 assez chaotique.

Du Gîte de Pinfol suivre scrupuleusement le tracé du GR50. A 1480m il descend jusqu’à 1450m avant de monter franchement. La vue se dégage agréablement. On passe à la source aménagée (passerelle) avant de déboucher sur les beaux replats de Rabastelle (ancienne zone habitée…et abandonnée). On finit sur la piste dite de la Carrière. En allant à droite on rejoindrait Mikéou.

Ambiance et paysage.

Au contraire se diriger à gauche. A partir du site de la Carrière, la piste descend fortement jusqu’à son terminus au captage d’eau de Pinfol. Emprunter au-dessous, à l’extrémité du terrassement, un petit chemin partant à gauche. On rejoint les traces de montée à l’endroit où le sentier se met à descendre (1480m). Le suivre à droite.

 

 

ANNEXE :

cotation toponeige

Ce système a été mis au point pour les guides de la collection qui porte son nom. Il est aussi utilisé sur le site volopress.net. La cotation toponeige a été reprise par des auteurs de livres ou d’autres sites de pratiquants, français et étrangers.
Volopress, l’éditeur, ni n’incite ni ne s’oppose à cette utilisation. Ceux qui l’estiment utile peuvent y faire référence. Deux conditions doivent être remplies, à la fois par respect du copyright et pour éviter des utilisations contradictoires du système, ce qui ne pourrait qu’apporter la confusion. Il est donc demandé, lorsque l’on se réfère à cette cotation, de se reporter à la source par un lien vers cette page (de courtes citations sont autorisées).
Des actualisations, des réponses aux questions des lecteurs, des débats sont mis en ligne, (voir mot-clef « cotations« ).

Le système Toponeige, se compose de trois éléments principaux, une cotation ski, une cotation marche et une cotation d’exposition, ce qui peut donner en abrégé une formule du type 3.2/F/E2.

Cotation SKI

Elle comprend quatre niveaux avec trois subdivisions (ex : 3.1 = inférieur ; 3.2 = médian ; 3.3 = supérieur) et un 5ème degré ouvert vers le haut (maximum en 2007 : 5.6).

Ski 1 . Niveau initiation : il s’agit déjà de ski sur terrain alpin et non de ski nordique. Les pentes n’excèdent pas 30°, les passages ne sont pas trop étroits, le dénivelé est inférieur à 800 m, l’exposition n’est pas importante et en général le risque d’avalanche est faible.

Ski 2 . Peu de difficultés techniques : pas de pentes raides (35° au maximum) mais le dénivelé comme l’exposition à la chute ou le danger objectif peuvent être importants.

Ski 3 . Entrée dans le ski-alpinisme : passages techniques, pentes longues à 35°, passages très courts jusqu’à 40-45°. Forêts assez denses même avec pentes faibles, chemins forestiers raides.

Ski 4 . Ski de couloir ou pente raide : 40 à 45° soutenu (plus de 200 m). Terrains de moyenne montagne très accidentés ou forêts très denses même avec pentes modérées.

Ski 5 . Pentes très raides : à partir de 45° très long (plus de 300 m), sinon à partir de 50° sur 100 m.

Cotation MARCHE

C’est la cotation utilisée habituellement en alpinisme pour les courses de neige. Il y a en général une correspondance avec le ski.

R , comme « randonnée » ou « raquettes » : ski 1 et 2.1, 2.2 (quelquefois 2.3). Sauf conditions particulières (pluie verglaçante ou glace dénudée), les équipements spéciaux (crampons, etc.) sont rarement utilisés.

F , alpinisme « facile » : dès ski 2.1 sur glacier sinon de 2.3 à 3.2 (quelquefois 3.3).

PD , alpinisme « peu difficile » : ski de 3.3 à 4.2 (quelquefois 4.3).

AD , alpinisme « assez difficile » : ski de 4.3 à 5.2.

D , alpinisme « difficile » : ski à partir de 5.3.

TD (et au-delà). Jusqu’à preuve du contraire, si un itinéraire comporte de telles difficultés, celles-ci sont supposées non skiées.

La cotation « marche » figure ici pour permettre aux alpinistes non skieurs d’utiliser le toponeige lorsque la montagne est enneigée. On suppose l’intégralité du parcours réalisée à pied, à raquettes ou avec crampons. La cotation marche est aussi utile pour les skieurs (en général à la montée lors de certains circuits). Lorsque la cotation marche est nettement supérieure à celle donnée par la correspondance ci-dessus, on se trouve en présence de difficultés supposées non skiées. Les difficultés d’une autre nature que la neige (rocher ou glace) sont précisées dans la fiche technique.

Remarque. Les itinéraires sont supposés enneigés. Les cotations marche ne peuvent être comparées à celles en vigueur l’été sur une même montagne sèche. En hiver, de nouvelles courses neigeuses apparaissent… puis disparaissent. Telle course de rocher en terrain très raide mais pourvu de bonnes prises pourra être F en été mais D quand elle est enneigée. L’inverse se produit aussi : un terrain très instable et dangereux en été peut se révéler une agréable course de neige aussi bien pour le skieur que pour le piéton.

Cotation EXPOSITION

D’une façon générale il faut considérer que :
- dès 35°, il est impossible d’arrêter une chute sur neige glacée.
- à 45°, on n’enraye plus une chute par neige transformée.
- à partir de 50°, une chute non stoppée immédiatement est en général impossible à arrêter même en neige profonde. Outre le danger lié à la raideur de la pente, la cotation d’exposition rend compte de la présence d’un obstacle risquant de causer des blessures au skieur embarqué dans une glissade non contrôlée.

-  Exposition 1  : hormis des arbres ou cailloux, il n’y a pas de gros obstacles. L’exposition est celle de la pente elle-même : sur neige dure et pente forte, le risque de blessure est cependant important.
-  Exposition 2  : l’axe de la pente comprend une barre rocheuse assez importante qui aggraverait les risques de blessure en cas de chute. Si l’envol est certain, le risque de percussion ne l’est pas. Les couloirs modérément tournants font aussi partie de cette catégorie.
-  Exposition 3  : le skieur effectuant une chute passerait par-dessus des falaises importantes, mais l’impact avec un obstacle n’est pas absolument certain. Les couloirs très tortueux avec risque de percussion font partie de cette catégorie (mort assez probable).
-  Exposition 4  : parois très hautes (ou obstructions de type chatières) avec rebonds multiples, percussions garanties, mort certaine.

L’exposition est une donnée essentielle du ski-alpinisme, le distinguant de l’escalade dans la mesure où l’on skie par principe sans assurance. L’importance du danger contracte les muscles du skieur et a tendance à inhiber sa faculté à prendre des décisions. L’exposition a donc pour conséquence d’augmenter la difficulté.

Les autres ingrédients de la difficulté

Outre la raideur et l’exposition, il faut aussi prendre en compte :
- le dénivelé global et l’altitude, qui influent sur l’état de fraîcheur du skieur au moment où il aborde un passage difficile.
- la continuité dans la pente : 500 mètres de dénivelé à 45° de moyenne sont plus éprouvants qu’un court passage à 50°.
- la configuration de la pente : un couloir étroit encombré d’une goulotte centrale exige plus de maîtrise qu’une pente large où il est toujours possible d’allonger un dérapage.
- l’éclairage : psychologiquement les passages à l’ombre sont plus inquiétants que ceux de même difficulté au soleil.
- et surtout la qualité de la neige : si pour le nivologue il existe une quasi-infinité de cristaux de neige, pour le skieur il y a deux grandes catégories, les neiges tassées (équilibre sur les carres) et les neiges profondes (skis à plat avec possibilité de repos).

Ces neiges font varier la difficulté selon la raideur de la pente. Les cotations sont établies pour une qualité de neige « standard », définie comme une neige « ferme », soit de la neige de printemps « transformée », soit de la neige froide de type « grains fins ».

- Pentes faibles : la neige poudreuse et surtout la neige croûtée rendent le ski plus difficile.
- Pentes fortes : les neiges profondes diminuent la difficulté, les neiges dures l’augmentent.
- Terrain accidenté (forêts denses ou torrents) : la qualité de la neige est aussi importante qu’en pente raide.

On peut considérer qu’au-dessus de 35°, pour une pente donnée, une neige très dure augmente la difficulté d’environ quatre subdivisions : une course passerait ainsi de 3.3 à 5.1 etc.